Exposition Scherzo, Molto Commodo

Textes poétiques de Sophie Quignard
& Œuvres plastiques de Nicole Postaï

Les Festins poétiques, 17 février 2018
(Voir compte-rendu)

Pars à la recherche
Des pierres sèches qui parlent
Hantent la campagne
Les murs et les replis d’une
Vieille chemise percée

Notre travail :

Les univers nourrissent le style ; ils sont matières goûts histoires intentions désirs
Ils sont multiples, et mouvants, avec une pointe de tension qui les relient à d’autres et forment parfois une trame une pente une influence

Le style est dénotation, il est marque pliure repli béance

La collaboration à partir de poèmes et de textes permet de proposer une lecture personnelle, de questionner les fonds et les inclinaisons de part de d’autre des œuvres.

Notre travail s’inscrit dans cette dynamique de lectures et de relectures, d’explicitations et d’impressions, au plus près du sens des mots et de la cohérence des enchaînements, au plus près des sens qui perçoivent et reçoivent, organisent l’échange et la rencontre.

Nous avons choisi de présenter nos questions et nos solutions sous une forme la plus interactive possible. La mise en espace des mots particulièrement nous intéresse, en lien serré ou distant avec la réalisation plastique, avec le poème dans son entier. Il y a de la place aussi pour le curieux, la passante, d’autres lecteurs, d’autres sensibilités avec une toile d’expression, une écoute, ces expériences qui prolongent, longe l’intérêt jusqu’à la création.

Nous nous adapterons aux contraintes de l’espace qui nous accueillera ; nous pouvons aussi intervenir auprès du public pour expliquer notre démarche (notamment scolaire).

Sophie & Nicole

 

Là-bas le végétal
veille
le sorcier vaticine
les femmes
courent derrière leur voix

là-bas le tam-tam
lancine
la chaleur moite
désature l’air des songes

 

 

Nous solifluons, éboulis lents,
Après tout (ce temps) je t’aime encore
Soumises aux aléas de nos pentes,
Sols superficiels et sous-sols, à la mécanique
De nos interactions depuis le temps-
L’ambivalence de notre amour
Grand par les années orchestrée, gonflements et retraits
De nos jours créent ces loupes séparées
Dont s’échappent en quantité sang,
Désir, soin, et, orpheline comme une orchidée
Ultra spécialisée, la bonté,
Mais les fissures qui couturent
N’arrivent pas à masquer le doute : la volonté vers quoi
Nous pousse
Ou les circonstances qui l’ont libérée

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s